Acte 13:

Enfouissement de 100 pierres vulvaires

Enfouir quelque chose dans la terre revêt au moins deux sens antinomiques: d’abord un sens qui est dirigé vers la vie et son émergence: mettre en terre c’est planter - une graine - pour que “ça pousse”. Ensuite le sens d’ensevelir - enterrer un corps - mort -, le faire disparaître. D’un côté la terre est un sillon, de l’autre une sépulture.  La pierre enfouie, comme la graine plantée, va disparaître dans la terre, mais c’est pour germer et reparaître. Une pierre - de par sa minéralité - ne peut germer, mais le symbole qu’elle porte, qui est la fécondité, ne peut qu’être fécond. La terre accueille tout (aussi bien le cadavre qui va se décomposer en elle, devenir elle, que la graine qui va se développer et donner une plante vivante) et tout sort d’elle.

Enfouissement d'une pierre vulvaire à la Coume de l'Orri
(11 juillet 2010).

Accrochage d'une pierre vulvaire au Fer-à-Cheval
(11 juillet 2010).

 

Haut de page