ANASTASIE EN TERRE D'AZILE

Résumé d'une censure (mal) organisée à l'échelle locale

Suite N°1:
 
Interpellé publiquement par moi lors de l’Assemblée Générale de l’OT, sur la gestion “morale” de “l’affaire”, M. Berdou et M. Barthe (et quelques autres qui étaient assis au même rang), n’ont pas répondu, se contentant de regarder fixement la pointe de leurs chaussures. Seul M. Pouech a eu ce commentaire laconique et révélateur:
 - "Je n’ai aucune moralité, je n’ai que des valeurs”.
 Si Paul Léautaud avait été là il aurait pu lui répondre:
 - Des valeurs sans moralité, Monsieur, c’est exactement comme une coquille vide.”
                 Le zinc des nez creux, Payot, 1951. 

Suite N°2:
  À mes différents courriers adressés aux Portes d’Ariège (André Trigano, René Massat) on a fini par me répondre le 17 juin. Deux lettres reçues le même jour. L’une d’André Trigano. L’autre de René Massat. Toutes deux identiques à la virgule.
  Extraits:
  Par ce courrier j’accuse réception de votre mail du 7 juin et vous apporte quelques précision sur la position de l’association de Pays quant à la promotion de l’Affabuloscope dans le dépliant “Culture al Païs”.
(...)
En raison du différent vous opposant à l’Office de Tourisme Arize-Lèze, il a été décidé de suspendre provisoirement la promotion des expositions de l’Affabuloscope dans le guide Culture al Païs”.
  Cette décision ne se basait pas tant sur le contenu de votre travail de création, que sur une volonté d’attendre le positionnement définitif de l’Office de Tourisme Arize-Lèze, qui est un des principaux partenaires de l’association de pays.
  Cet arrêté provisoire de la promotion de l’Affabuloscope est exprimée dans le compte-rendu de la réunion du 24 mai du conseil d’Administration de l’OT Arize-Lèze: “le pays des Portes d’Ariège Pyrénées a également suspendu la promotion de ce site sur le dépliant “Culture al Païs”. Les termes du compte-rendu pouvaient porter à confusion et expliquent certainement votre mauvaise interprétation: l’Affabuloscoipe n’a pas été “rayé” comme vous l’affirmez, il s’agissait, vous l’aurez compris, d’une mesure provisoire.

  Le fait est que pour moi, rayé ou suspendu provisoirement, quand j’ouvre le dépliant de Culture al Païs, je vois que l’Affabuloscope n’y figure pas. (Ce numéro étant distribué durant les trois mois d'été, là où l'affluence est à son maximum, j'en mesure l'effet pénalisant pour l'Affabuloscope - mais l'Affabuloscope n'est pas qu'une entreprise qui aurait pour vocation de vendre des billets d'entrée. L'affabuloscope est avant tout une expérience et une aventure).

 
 
Suite N°3:
  
Des rumeurs contradictoires couraient depuis environs deux mois selon lesquelles une majorité d’Offices de Tourisme boycottait l’Affabuloscope.
  Pour avoir une vision claire de l’état des lieux, je me suis rendu sur le terrain à la rencontre des 12 Offices suivants.
- Mirepoix
- Lavelanet
- Montségur
- Varilhes
- Tarascon
- Foix
- Seix
- St-Girons
- St-Lizier
- Castillon
- Vicdessos
- Auzat

 A l'heure où je mets sous presse il y a trois Offices de Tourisme qui continuent de Boycotter l'Affabuloscope: Tarascon, Vicdessos, Auzat. Autrement dit, le fief de Bernard Piquemal qui, bien qu'interpelé plusieurs fois par moi, reste muet comme une carpe (tout comme les aziliens de la communauté de communes). Il est dommage que des responsables qui cumulent tant de mandats (maire, conseiller général, Président de l'ADT et j'en passe) n'aient pas le courage de leurs opinions comme de leurs décisions. C'est le mal incurable de ce pays: toutes les manettes du département se concentrent entre les mains d'une dizaine d'oligarques qui se sentent tout puissants et qui en abusent sans réserve, avec ce souverain mépris que donne le pouvoir - "casse-toi pauv' con".

   Pour ma part je poursuis mes travaux au grand jour et je ne cesse de les révendiquer. Que mes détracteurs, fervents chasseurs d'hérétiques (mais ils ne chassent que la nuit avec une tenue de camouflage) en fassent autant, et que je ne sois plus obligé d'apprendre leurs aboiements, leurs coups bas et leurs magouilles nauséeuses par la rumeur.

Suite N°4:
  Au Mas d'Azil toutes les pierres vulvaires que j'avais déposé ou suspendu ont été arrachées et jetées Dieu sait où. Il y a même un notable du village, professionnel de la santé, bien connu de nos concitoyens, qui s'est procuré un "marteau de géologue" pour procéder à l'effacement des signes sur roche. Il ne lui manque que le turban des Mollahs...

Épilogue:
   Je vais à présent laisser derrière moi cette affaire, me ménager du recul, et consacrer mon énergie à la poursuite de mes travaux vulvographiques. Là est pour moi l'essentiel. Le reste n'aurait sans doute pas mérité de s'y arrête si pesamment. Mais ce fut une expérience. Elle m'aura instruit sur l'état mental de la terre où je vis en même temps que sur moi-même. (Non, c’est faux, elle ne m’a pas instruit, elle n’a fait que modifier l’image que mon regard porte sur le monde qui m’entoure).
  Je ne suis pas du tout sûr d’avoir avancé (je crois plutôt que je me suis débattu dans un bourbier auquel je ne m’attendais pas). Avant, je voyais beaucoup de beautés dans le monde. Là, c’est comme si j’avais découvert qu’il y a des laideurs insoupçonnées. Non pas qu'à l'extérieur, dans le monde et chez les autres, mais en soi.
 
Ouais, le monde était plus beau avant.*
  On est tout de même bien que dans ses illusions. On voudrait y rester, s'y complaire.
  Je ne pourrais me sentir utile que si j’avais la sensation que ma vie ait servi à rendre plus beau le monde. Encore une illusion. Mais comme tout est illusion, autant essayer de rester du côté de celles qui font clignoter les étoiles....
  Les étoiles qui clignotent... encore une illusion.
  Alors?
  — Alors ferme ta gueule et va inventer ce que le monde a oublié d'amener à l'existence. Même si le monde n'attends rien de toi.

* Je sais, je sais que le monde n'est ni laid ni beau. Mais il me plaît d'entretenir des croyances, et même d'en fabriquer de nouvelles. Le monde objectif des épistémologues me fait chier à mourir.

Haut de page